L’homme qui voulait être heureux

L’été est souvent l’occasion pour ceux qui n’y consacrent que peu de temps, de lire. Un peu comme le tube de l’été, on tombe sur ces romans à lire absolument durant les vacances. Bien évidemment, au vu du nombre de genres, d’ouvrages, et surtout des goûts des gens, la liste des lectures de l’été peut vite devenir très large.

Je m’en vais de mon petit conseil moi-aussi. Pour la plage, ou l’avion, ou ce petit temps calme, “L’homme qui voulait être heureux” de Laurent Gounelle, peut s’avérer un superbe compagnon.

heureux

Best-seller depuis déjà plusieurs années, il ne vous est peut-être pas inconnu. Et si je mentionne ce dernier, c’est que lors de mes débuts dans l’univers du développement personnel, ce livre fut comme une confirmation de l’importance des changements que je devais apporter à ma vie.

Je vous invite à prendre quelques heures pour le lire, un véritable petit bol d’air. L’écriture y est très vulgarisée, à l’instar de Bernard Werber, un autre auteur à succès dont je vous conseille les premiers livres (Le cycle des Fourmis, Les Thanatonautes). Donc n’y cherchez pas de la grande littérature, car ce n’est certainement pas le but recherché, mais plutôt un désir de partager son expérience.

Truffé de messages, de pistes et de pensées, il n’appartient qu’au lecteur de se les approprier. Véritables reflets des questionnements qui peuvent nous assaillir, il est aussi une ode aux voyages. A ceux qui désirent aller au-delà d’une simple pause dans un quotidien gris et froid.

Il s’agit ici de décider, si l’on souhaite partir en vacances, ou véritablement voyager. Découvrir les coutumes et traditions, rencontrer les autochtones, prendre du temps pour soi et pour les autres…

Vivre une autre vie, celle qui nous est refusée par la société telle qu’elle est conçue, c’est aussi ça voyager. Saisir ces fugaces moments de sérénité, et de bien-être, et les faire soi.

C’est fuir la réalité me diriez-vous… voici la réponse que nous offre ce voyageur anonyme:

 

We travel not to escape life, but for life not to escape us.*

A traveller, a life’s lover

 

* Nous voyageons non pas pour fuir la vie, mais pour que la vie ne nous échappe pas.

One Comment

  1. Pingback: Imbattable - Pendorah

Laisser un commentaire